LETTRE aux Saranaises et Saranais

IMG_0632 moins

Réponse de l’opposition SMS à Maryvonne Hautin

A l’heure où nous écrivons ce texte, il est impossible de répondre précisément à cette question.
Une seule chose est certaine, sortir ou pas de l’Agglo, c’est un jeu de dupes pour les Saranais, de la politique politicienne d’une grande ambiguïté que la Mairie de Saran entretient depuis des années avec les autres collectivités tout en leur laissant régulièrement l’opportunité d’installer sur Saran des infrastructures dérangeantes que les autres communes ne veulent pas.
Pour quelles obscures contreparties ? En tout état de cause pas pour le bien-être de la population Saranaise.
Si c’est un coup de bluff, quelles en seront les retombées ? Que cache cette subite déclaration ? Quel intérêt immédiat pour Saran ?
Si c’est de la détermination, la commune fera un grand saut dans l’inconnu et les Saranais devront se poser les bonnes questions et exiger des réponses objectives et dépouillées d’intérêt politique avant de répondre à Madame le Maire par référendum.
Que deviendra leur ville dès lors qu’ils auront mis dans l’urne un bulletin favorable à ce retrait ?
C’est une très lourde responsabilité qu’on leur demande !
Mais au-delà de ces considérations, d’autres questions plus matérielles surgissent.
Les compétences désormais reprises par l’Agglo tels l’assainissement, les transports, les routes, les ordures ménagères etc… reviendront de fait sous l’autorité de la Mairie. C’est un budget énorme qu’il faudra prévoir pour gérer tout cela, comment s’y prendra-t-elle ?
Certes la position géographique de Saran permet un développement non négligeable d’Entreprises mais pas sans limites et l’isolement total de la commune dans un monde en mouvement sera dangereux sur le long terme.

Le destin de Saran devient très incertain avec un choix crucial entre deux positions insatisfaisantes.
Rester dans l’Agglo
suppose que la municipalité Saranaise cesse ce petit jeu hypocrite pour défendre réellement la commune et ne pas se contenter de « faire semblant par des effets d’annonces souvent erronées et sans lendemain » qui n’ont qu’un objectif troubler le libre arbitre de ses administrés et se décharger de toute responsabilité.
Mais cela suppose également que l’Agglo respecte Saran et cesse de voir notre commune comme un réservoir d’espace où l’on peut tout mettre.
Sortir de l’Agglo, nous insistons, c’est le grand saut dans l’inconnu et un transfert du pouvoir entre les mains d’une seule personne le Maire. Est-ce souhaitable ? Est-ce réalisable techniquement, financièrement, administrativement et juridiquement ?
La question est importante et mérite réflexion.

LOGO Assoc.

Janvier 2016 – Tract des élus d’opposition Saran Moderne et Solidaire
Laurent Lhomme, Alain Soubieux, Françoise Defouloy, Michèle Lambert, Rodolphe Sampaio, Patricia Morin.

REACTION de SMS aux propos de Madame Le Maire

Madame le Maire,

Vous avez été choisie en 2014 et élue à la fonction de Maire pour représenter tous les Saranais.
En janvier 2016 vous vous exprimez dans l’éditorial de « REPERES » de bien curieuse façon pour le premier magistrat de la ville tout en citant en introduction à vos propos Nelson Mandela qui avait pour idéal une société démocratique et libre.
Ce qui nous choque, dans votre édito, c’est que, malgré une position affirmée voire revendiquée de démocratie et liberté, vous fustigez, pour des raisons différentes une partie de la population Saranaise :

  • Vous ne les citez pas mais nous le comprenons aisément, les 30 % de Saranais qui ont voté FN aux élections régionales
  • Et au passage les abstentionnistes,

Une incohérence qui vous a échappée semble-t-il !
Que vous soyez en colère, nous le comprenons, nous le sommes aussi !
En colère parce que vous exécrez la politique de François Hollande, mais que vous vous félicitez du sursaut citoyen qui a eu lieu dans vos rangs pour élire un président de conseil régional parfaitement inféodé au Président de la République !
Une autre incohérence.
Vous comprendrez que les électeurs n’y comprennent plus rien !
Vous comprendrez qu’ils utilisent pour exprimer leur désappointement leur droit de vote ou l’abstention et qu’ils se réfugient parfois vers des groupes dits extrémistes de droite ou de gauche.
Prenez le Madame plutôt comme un SOS, ne vous obstinez pas à occulter ce qu’il y a derrière ces messages.
Montrer du doigt, marginaliser ces électeurs ou abstentionnistes ne sert à rien, il suffirait peut-être que les politiques se posent enfin les bonnes questions et surtout qu’ils prennent en compte les préoccupations réelles des Français.
Qu’ils sortent de la politique politicienne qui se nourrit beaucoup trop du sensationnel au détriment de l’essentiel et de l’intérêt général des Français ici ou ailleurs.

Janvier 2016,
Les élus d’opposition SMS: Laurent LHOMME, Françoise Defouloy, Alain Soubieux, Michèle Lambert, Rodolphe Sampaïo, Patricia Morin.

RAPPORT de la Chambre Régionale des Comptes

INTERVENTION d’Alain SOUBIEUX
au Conseil Municipal du 22 janvier 2016

J’ai lu avec intérêt le rapport de la Chambre Régionale des Comptes qui a porté sur les exercices 2009 à 2014.
Je ne m’attacherai qu’à reprendre certains éléments relatifs à la situation financière de la commune sans y ajouter de commentaires.
Que nous dit la Chambre :
« Les produits de gestion présentent une variation annuelle de +2,3% entre 2009 et 2014 alors que les charges de gestion affichent une évolution annuelle moyenne de 2,9%.
La ville bénéficie de rentrées fiscales de bon niveau du fait de taux et de bases d’imposition supérieurs à la moyenne. La pression fiscale sur les contribuables reste élevée par rapport aux moyennes nationales. Elle dépasse le seuil d’alerte et indique qu’il serait excessif de faire porter de nouvelles dépenses de fonctionnement ou d’investissement sur la pression fiscale qui est déjà assez lourde pour les ménages. Dans ces conditions les marges de manœuvre fiscale de la commune demeurent limitées.
Les ressources institutionnelles (dotations) et les reversements de fiscalité baissent en moyenne de 0,5% par an.
Il importe donc de rechercher du côté des dépenses des marges de manœuvre permettant de limiter la tension sur la situation financière dans les années qui viennent.
Or les charges courantes ont connu une augmentation de 15% entre 2099 et 2014 . Les charges de personnel représentent 69,8% des charges courantes .Le poids des charges de personnel est supérieur de 10 points par rapport aux communes analogues.
La Capacité d’Autofinancement Brute représente 10,66% des produits de gestion en 2013. Ce niveau s’avère constamment inférieur à celui de la même strate et se situe durablement à un niveau critique si l’on considère que pour couvrir de façon satisfaisante l’annuité en capital de la dette et l’effort d’investissement le ration ne devrait pas être durablement inférieur à 15 .
Le fonds de roulement et la trésorerie sont tombés à un niveau critique. »